Un poisson nommé PANGA

CONSOMMATION Commentaires fermés sur Un poisson nommé PANGA 280

Depuis 2 à 3 ans, nous avons vu débarquer dans les rayons « Poissons » un nouveau venu : le PANGA (Pangasus). Très peu cher ce poisson à chair blanche peut attirer l’attention du consommateur désireux de manger du poisson à moindre coût – encore faut-il être informé sur ce poisson venu d’ailleurs. Qui est le PANGA ? Est-il bon vraiment bon pour la santé?

Il s’agit d’un poisson dont la vie ressemble un peu à celle du saumon : il vit dans des eaux douces à saumâtre des deltas et étangs de bords de mer, mais remonte les rivières pour aller se reproduire sur son lieu de naissance, après plusieurs années. Il n’est offert que sous forme congelée ou décongelée, jamais sous forme de poisson frais.

@ D’un point de vu nutritionnel

il est composé de 13 % de protéines, 1 % de lipides, pas de glucides, et 84 % d’eau. Ca en fait un aliment relativement pauvre, dont la teneur en protéines est faible par rapport à tous les autres poissons. Il est peut-être bon marché, mais« on achète de l’eau ». Certes, pour les gens qui font du régime, il est light, mais sa faible teneur en protéines fait qu’il « ne tient pas au ventre » et qu’on a rapidement à nouveau faim.

@ D’un point de vue gastronomique 

il a une chair fade, sans autre goût que celui des aromates et épices qu’on y ajoute, et donc de valeur quasiment nulle. C’est une base culinaire, rien de plus.

@ D’un point de vue sanitaire 

ce poisson est, au départ, un poisson spontanément difficile à faire se reproduire en captivité (il doit migrer comme le saumon), et difficile à élever (beaucoup de mortalité). Pour contourner ces problèmes, les scientifiques ont réussi :

  • D’une part, à provoquer la ponte des œufs en injectant aux femelles des hormones extraites d’urines de femmes enceintes,
  • D’autre part, à élever les poissons dans le delta du Mékong, au Viet Nam, un des fleuves les plus pollués de la planète. Leur chair serait saturée en polluants de toutes sortes (je dis « serait » car les informations sont extrêmement filtrées, et peu accessibles).
  • Et enfin, en les nourrissant de tous les déchets de l’industrie agro-alimentaire (tourteaux de soja et tournesol, déchets de boucheries, farines animales, etc.) Ils sont littéralement « gavés » et grossissent 4 fois plus vite que dans la nature.

@ D’un point de vue éthique et écologique

destruction de zones entières de nature pour créer des bassins d’élevage démesurés, travail des ouvriers dans des conditions inacceptables sans aucune couverture sociale, pour des salaires dérisoires, et profits gigantesques de multinationales.

Le prix très attractif de ce filet de poisson – qui en Martinique vaut moins de 3 euros par kilo – en fait un redoutable concurrents pour nos poissons locaux comme la dorade, le thon, le marlin et même le coulirou. mais la qualité est loin d’être comparable…

A chacun de juger.

CS – CM mai 2012/ Dr Daniel FAGNANO

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils