Quelle est la part du hasard dans l’apparition d’un cancer ?

CANCER, RECHERCHE Commentaires fermés sur Quelle est la part du hasard dans l’apparition d’un cancer ? 200

C’est une question qui divise régulièrement la communauté scientifique. L’apparition d’un cancer serait essentiellement due à la malchance pour certains et à des facteurs environnementaux et héréditaires pour d’autres. Le débat s’intensifie pour connaître la vérité. Les dernières études apportent un éclairage nouveau.

La polémique enfle. En janvier 2015, Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein (université Johns-Hopkins, Howard Hughes Medical Institute) prétendaient dans un article paru dans la célèbre revue « Science »qu’ils avaient démontré que les deux tiers des cancers étaient attribuables au pur hasard. Cette affirmation a levé un tollé dans la communauté scientifique réfutant la méthode et les analyses qui avaient abouti à cette conclusion. Une équipe de l’université Stony Brook, a alors repris les mêmes données et abouti cette fois à une conclusion totalement opposée! Selon Yusuf Hannun et ses collègues – auteur de cette nouvelle étude-, le risque de cancer serait dû au hasard dans une fourchette de 10% et 30% des cas. Qui a raison ?

@ Une division qui tourne mal

A chaque seconde tout être humain voit des cellules de son corps mourir mais en même temps d’autres apparaissent par division de cellules saines. A l’origine d’un phénomène cancéreux il y a une division cellulaire qui « tourne mal » et produit une cellule anormale qui va elle aussi se multiplier anarchiquement et dégénérer en cancer. La raison pour laquelle la réplique d’une cellule saine donne une cellule anormale reste à ce jour et pour l’essentiel, inexpliqué. Mais les facteurs responsables de ces dérapages peuvent être aussi bien internes – une réplication erronée de l’ADN (code génétique propre à chaque individu) – qu’externe – par exemple des rayonnements UV ou des agents mutagènes comme les pesticides qui provoquent une altération du code génétique et produisent des cellules cancéreuses qui vont à leur tour se multiplier pour créer une tumeur cancéreuse.

D’autres chercheurs partant d’hypothèses différentes concluent que 70 à 90% du risque est lié aux facteurs environnementaux. D’autres médecins encore considèrent que les deux clans n’ont pas été assez rigoureux dans leur démonstration et montrent qu’il existe outre les effets bien connus du tabac, de l’alcool ou des pesticides , des facteurs environnementaux mal évalués, sinon disent-ils : « comment expliquerait-on que l’incidence du cancer de la prostate par exemple puisse être 25 fois plus élevée dans certains pays que dans d’autres ? ». La Martinique par exemple est l’une des toutes premières régions du monde ou la prévalence du cancer de la prostate est la plus élevée.

@ Des cancers plus génétiques que d’autres

Pour en finir avec cette question, un groupe de chercheur d’Europe du Nord qui a étudié sur une longue période des paires de jumeaux apporte ses conclusions dans un article paru dans le célèbre journal scientifique JAMA (1). Après avoir suivi pendant 32 ans des dizaines de milliers de paires de jumeaux ils affirment que le caractère héréditaire compterait à hauteur d’environ un tiers en cas de survenue d’un cancer. Si le facteur familial (génétique + environnement) est effectivement associé à l’apparition des cancers en général à hauteur cette (environ 30%), il le serait plus encore en cas de cancer de la prostate (57%), de cancers de la peau (mélanome : 58%), de tumeur de l’ovaire (39%), du rein (38%) ou du sein (31%).

Cette étude semble corroborer une autre étude américaine tout aussi récente publiée par de la Johns Hopkins University de Baltimore (Maryland) dans la prestigieuse revue « Nature » le 16 décembre 2015 : seuls 10 à 30% des cancers seraient dus à des facteurs liés à l’individu et 70 à 90% à des facteurs externes. La plupart des mutations génétiques sont liées à des comportements à risque ou à l’environnement précisent-ils. Les comportements comme la consommation de tabac et l’abus d’alcool et les facteurs environnementaux, comme la pollution atmosphérique, et l’exposition à un environnement chimique seraient les premiers facteurs de risque. La malchance n’est donc pas comme certains scientifiques l’ont affirmé, le facteur dominant…

CS .com

(1) Réf : JAMA. 2016, Vol 315, Familial Risk and Heritability of Cancer Among Twins in Nordic Countries

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils