MIEUX COMPRENDRE L’HYPERTENSION ARTERIELLE

CARDIO-VASCULAIRE Commentaires fermés sur MIEUX COMPRENDRE L’HYPERTENSION ARTERIELLE 168
hypertension

Photo : Alliance Médicale

 Je fais, tu fais, il fait, nous faisons de la tension… on peut la conjuguer à toutes les personnes car la tension touche beaucoup de monde. Qui n’a pas un parent, un ami qui « fait de la tension » ? C’est une maladie parmi les plus répandues dans le monde. A la Martinique, près d’une personne sur quatre est hypertendue.

@ « La tension » et l’hypertension artérielle c’est la même chose.

Les termes changent mais la maladie est bien la même. On a pris l’habitude de parler de « tension » voire de « super tension » pour désigner ce que les médecins appellent l’hypertension artérielle. Mais qu’elle est donc cette maladie si fréquente ?

L’hypertension artérielle correspond à une élévation anormale de la pression du sang dans les vaisseaux. Depuis le 17ème siècle nous savons que le sang circule dans nos artères grâce à l’effet de pompe exercé par le cœur. Mais il arrive que le cœur travaille avec trop de force. Les artères qui conduisent le sang vers les organes pour les alimenter vont alors subir cet excès de pression et réagir. Comme lorsqu’il y a trop de pression dans un tuyau d’arrosage, elles peuvent se dilater, se boucher ou éclater. L’hypertension artérielle est à l’origine de nombreuses complications de santé et en particulier des maladies cardiovasculaires, première cause de décès dans le monde mais aussi dans nos régions.

 @ des complications souvent très graves.

L’hypertension artérielle agit en force sur tous les vaisseaux et elle va principalement affecter les organes nobles de notre corps comme le cœur lui-même, le cerveau (les yeux aussi …ils sont une extension de notre cerveau), les reins. L’hypertension va progressivement et consciencieusement attaquer les artères qui alimentent ces organes. Patiemment elle va les fatiguer, les user jusqu’à l’accident qui peut survenir très brutalement. Si les artères du cœur -les coronaires-  sont les plus touchées c’est l’infarctus du myocarde qui guette, si ce sont celles du cerveau on craindra l’Accident Vasculaire Cérébral (A.V.C) mieux connue sous le terme de « congestion cérébrale », si ce sont celles des reins le médecin diagnostiquera une insuffisance rénale qui aboutira souvent à la mise en place d’un rein artificiel extrêmement handicapant.

Mais il existe d’autres formes de complications dont on parle moins car moins « spectaculaires » mais toutes aussi éprouvantes. L’insuffisance cardiaque par exemple est l’une de ces maladies, éprouvante, très pénible qui réduit l’activité et limite le malade dans ses déplacements. Dans les formes sévères, le malade est fatigué en permanence, le moindre geste devient un effort même ceux de la vie courante. Ouvrir une porte devient une corvée. Le malade s’essouffle au moindre mouvement. Dans ces cas ce sont les artères qui ont tenu bon mais le cœur a cédé. Il s’est dilaté et ne brasse plus correctement le sang.

@ Beaucoup d’entre nous ne savent pas encore qu’ils sont hypertendus !

L’hypertension ne fait pas mal. On peut être hypertendu sans le savoir et la maladie commence alors son long travail de démolition. Dans quelques cas on peut avoir des vertiges, des saignements de nez, ressentir des bourdonnements d’oreille ou voir des mouches volantes, mais rien d’alarmant. C’est pourquoi il est indispensable de vérifier sa tension surtout après 45 ans ou même dès l’âge de 20 ans si l’un des parents directs est déclaré hypertendu. Le médecin vérifie votre tension au moyen d’un tensiomètre et s’assure qu’elle n’excède pas 14-9. Ce sont les chiffres au-delà desquels l’hypertension est reconnue. Plusieurs mesures, dans les conditions de repos, sont indispensables pour que le médecin diagnostique l’hypertension.

@ On ne guérit pas de l’hypertension artérielle, on vit avec …

C’est une maladie qui surgit et qui s’installe chez vous, dans votre corps. On ne guérit pas l’hypertension artérielle on vit avec, souvent très bien, mais il est nécessaire de la freiner pour éviter que n’arrivent trop tôt les complications. Les conseils du médecin sont indispensables mais ne valent que si le patient les respecte. Les études scientifiques ont montré que plus les chiffres de la tension sont élevés plus le risque d’accident cardiovasculaire est grand, inversement, si les chiffres diminuent le risque s’éloigne.

@ Les femmes autant que les hommes

Une rumeur bien connue et tenace affirme que les femmes seraient, grâce à leurs hormones, plus protégées que les hommes contre les maladies cardiovasculaires. C’est faux ! Les femmes font elles-aussi des infarctus ou des accidents vasculaires cérébraux. Aux Antilles-Guyane les femmes sont même deux fois plus atteintes par l’hypertension artérielle qu’en France hexagonale.

@ Comment agir ?

Lorsque l’on parle de maladie on pense immédiatement médecin et médicaments. Les médicaments n’ont d’efficacité que si le traitement est correctement respecté.  Quant au médecin il ne peut pas tout ! Il a besoin d’être aidé pour vous garder en bonne santé et celui qui peut faire quelque chose c’est le malade lui-même. Alors comment faire ? Il y a quelques règles simples à appliquer qui peuvent être réalisées très facilement avec un peu de volonté.

En premier lieu retrouver une alimentation saine. Eviter le sel car dans notre alimentation nous consommons beaucoup trop de sel. La morue salée, les salaisons, les fromages et autres chips sont à éviter le plus possible. Avec moins de sel on fait baisser la tension. Mais il faut encore éviter les excès de graisses et de sucre et ajouter plus de fruits et de légumes dans notre assiette.

La pratique régulière d’une activité physique est essentielle car elle permet d’abaisser les chiffres de la tension et garantit un meilleur confort de vie. Pratiquer un sport 2 à 3 fois par semaine au moins une demi-heure à chaque séance. Que ce soit de la marche, du jogging, du vélo ou de la danse l’important est de pratiquer régulièrement et sans forcer. Dernier conseil et non des moindres, arrêter de fumer ou plutôt… ne jamais commencer !

@ L’auto-surveillance : se surveiller n’est pas diagnostiquer

Il existe désormais de petits appareils automatiques qui mesurent la tension artérielle. Ils permettent à chacun de vérifier individuellement l’état de sa tension. Votre médecin vous précisera comment l’utiliser et votre pharmacien pourra vous aider dans votre choix d’acquisition car, attention,  certains appareils ne sont pas agréés. Surveiller sa tension avec ces appareils ne remplace pas le médecin. C’est en discutant avec lui des résultats de vos mesures qu’il pourra parfaire son diagnostic et mieux vous orienter.

 

Dr Sophie TRUCA -màj oct. 2013

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils