Les dommages collatéraux du Zika

PESTICIDES Commentaires fermés sur Les dommages collatéraux du Zika 65

Alors que le virus Zika a fait plus de 35000 victimes à la Martinique et que l’épidémie continue de se propager en direction du continent nord américain, les mesures de prévention les plus dures adoptées par certains états ne sont-elles pas plus nocives qu’efficaces ?

Quels moyens utiliser pour lutter contre l’invasion des terribles moustiques Aedes porteurs du non moins terrible virus Zika ? Tous les spécialistes s’accordent sur un point : la prévention. Mais quelle prévention ?  Cela va de la destruction des gîtes de reproduction des moustiques (points d’eau stagnante nécessaire pour le développement des larves)  jusqu’à la fumigation d’insecticides et à la production de moustiques manipulés génétiquement. Mais ces dernières solutions, radicales, ne sont-elles pas plus nocives que le mal qu’elles sont censées combattre?

@ Le grand épandage

Pour lutter contre ce fléau les autorités de Caroline du nord aux Etats-Unis ont opté pour la méthode forte : L’épandage aérien d’insecticides à haute dose. Cette méthode a été employée pour éradiquer l’insecte et avec lui l’épidémie de Zika. Conséquences : les apiculteurs de cet état du sud-est des Etats-Unis ont eu la douloureuse surprise de découvrir que ces pulvérisations ont aussi tué des millions d’abeilles. L’épandage d’un insecticide très toxique : le Naled a ruiné l’exploitation familiale d’une apicultrice de Summerville qui s’est répandue sur les réseaux sociaux pour alerter l’opinion. Ce produit chimique est un organophosphaté interdit depuis 2012 dans l’Union européenne souligne le journal  « La Tribune »[1] car il présente des dangers pour la santé et l’environnement. Il s’est révélé toxique non seulement pour les moustiques mais aussi pour les abeilles, les papillons, les poissons et autres organismes aquatiques et il est aussi soupçonné de s’attaquer au système respiratoire humain. Il pourrait même selon certains spécialistes, être la cause de leucémie chez les enfants précise « La Tribune ».  Le territoire américain de Porto Rico pourtant fortement impacté par l’épidémie de zika avec plus de 14000 cas recensés à ce jour a lui refusé l’utilisation de ce pesticide, préférant un autre produit plus naturel (BTI) pour éliminer les larves. Sachant que le moustique s’adapte rapidement par mutation aux différents insecticides auxquels il est exposé cette utilisation massive de produits chimiques risque de faire  beaucoup de dégâts à terme sans pour autant l’éradiquer. Ces insectes se sont adaptés à toutes les  transformations à tous les événements climatiques que la terre a connu depuis des centaines de millions d’années. Et gageons qu’ils seront encore là quand l’espèce humaine aura disparu.

@ La production de moustiques « OGM »

Quant à la production en laboratoire de moustiques « OGM » pour combattre ce fléau, là encore la solution semble hasardeuse. Le principe est simple: il s’agit de sélectionner des moustiques mâles de les stériliser et de les relâcher dans la nature pour  qu’ils s’accouplent avec des femelles « sauvages » responsables des piqûres infectantes afin de rendre les œufs inféconds. Des tests élaborés au Brésil ont déjà commencé avec des succès mitigés. Mais le risque de voir apparaître de nouveaux mutants plus agressifs encore n’est pas nul. De telles manipulations ont eu dans le passé des effets désastreux, un exemple : celui des fameuses abeilles tueuses ou « africanisées ». L’histoire commence là aussi au Brésil avec un généticien qui à la fin des années 50 eut l’idée de croiser des reines du continent africain avec des bourdons européennes afin d’augmenter le rendement de miel. Le résultat fut des plus déplorables. Les abeilles hybrides ainsi obtenues sont devenues très agressives à tel point qu’en 1993 on enregistra une première attaque mortelle sur un Texan. Depuis ces abeilles ne cessent de proliférer et ont conquis des territoires jusqu’au Névada avec une progression estimée de  300 à 500 km par an.

Quand le remède apparaît plus nocif que le mal il est temps d’arrêter.

CS.com

[1] http://www.latribune.fr/economie/etats-unis-des-millions-d-abeilles-victimes-d-un-insecticide-anti-zika-596340.html

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M

Rechercher

Retour en haut