La Martinique malade des pesticides!

PESTICIDES Commentaires fermés sur La Martinique malade des pesticides! 213

Si la Chlordécone a été et reste un problème majeur de santé publique aux Antilles françaises, bien d’autres pesticides ont pris le relais et participent de cette catastrophe écologique et sanitaire. L’Office de L’eau de la Martinique (O.D.E) tire la sonnette d’alarme : la Martinique est citée dans le rapport du Commissariat Général au Développement Durable sur les pesticides dans les eaux douces comme « un des territoires les plus contaminés de France »!

@ La France, 3ème plus gros consommateur de pesticides dans le monde

Les pesticides, plus prosaïquement appelés produits phytosanitaires, sont destinés à lutter dans l’agriculture principalement contre les mauvaises herbes (herbicides), les insectes (insecticides) et les champignons (fongicides). La France est le 3ème plus gros consommateur de pesticides dans le monde après les Etats-Unis et le Japon. L’utilisation massive de ces substances souvent d’origine chimique, contamine l’environnement et les cours d’eau et jusqu’à la chaîne alimentaire. Comme l’Homme est en bout de cette chaîne, il accumule dans son organisme de nombreux pesticides dont les effets sur la santé sont souvent cités par les scientifiques comme facteurs dominant de risque de maladies chroniques comme le cancer, des maladies neurologiques ( Parkinson, Alzheimer, etc.) ou le diabète.

@ Toujours plus de pesticides malgré le « Grenelle de l’environnement »!

En 2010, 111 pesticides différents ont été introduits et répandus en Martinique pour un total de 93 tonnes. Tous ces produits sont importés. Sur ces 111 molécules, l’Office de l’eau de la Martinique a pu par analyse en retrouver 80 dans l’eau des rivières entre 2008 et 2010. La culture de la banane est la culture dominante à la Martinique et occupe près de 30% des terres agricoles cultivées c’est aussi la plus gourmande en pesticides. Contrairement aux promesses du Grenelle de l’environnement lancé en 2007 avec notamment le programme Ecophyto 2018[1], l’objectif de réduire de 50% l’usage des pesticides est perdu. L’Office de l’eau de la Martinique a relevé en effet que  » la masse de substances actives vendues n’a cessé d’augmenter entre 2009 et 2011″. Ce paradoxe entre les intentions politiques et la réalité marque une rupture brutale dans le schéma de développement durable de l’île. Les herbicides sont les produits phytosanitaires les plus utilisés actuellement à la Martinique avec en tête des ventes le fameux glyphosate, mieux connu chez les particuliers sous le nom commercial de « Round up » de la firme Monsanto et qui représente à lui seul 40% de la masse des substances actives vendues dans l’île.

@ La Chlordécone restera présente pour des siècles dans les sols

Dans les cours d’eau la molécule la plus fréquemment retrouvée demeure la Chlordécone, un organochloré stable qui peut rester plusieurs siècle dans les sols. Elle est interdite dans les DOM depuis 1993. La seconde plus fréquemment molécule retrouvée est le HCHbêta ou « Lindane », autre insecticide organochloré, un neurotoxique (s’attaque au système nerveux) interdit en France depuis 1998 mais dont la disparition naturelle dans l’environnement est elle aussi très lente. Les communes les plus touchées de la Martinique par ces pesticides en concentration relevées sont Basse-Pointe dans le nord de l’île et Le Lamentin au centre. En 2012, l’O.D.E de la Martinique a détecté pas moins de 14 substances actives interdites dont le Bromacil, le diuron et la roténone. Les stocks de produits interdits sont assez souvent hélas déversés de manière sauvage dans la terre et les cours d’eau ce qui ne permet pas de dire qu’il y utilisation frauduleuse.

@ Pas mieux ailleurs…

La Martinique et son île sœur la Guadeloupe auront bien des difficultés à se relever de telles pratiques. Les conséquences sur la santé humaines sont mal connues mais apparaissent à l’évidence néfastes voire catastrophiques à long terme. Les produits alimentaires importés ne sont pas pour autant meilleurs et sont souvent bien plus pollués que ceux cultivés sur place. De nombreux pays exportateurs utilisent toujours des pesticides, interdits dans la plupart des pays occidentaux, et à fortes doses. Il y a urgence à gérer ce problème au niveau des populations et c’est dans ce cadre qu’une charte sur la Chlordécone a été signée le 3 mars 2015 en présence du Conseil Régional, du Conseil Départemental mais aussi de l’Etat,de la chambre d’agriculture, de pêcheurs et de bien d’autres organismes et associations. Car il faudra que les populations vivent encore très longtemps avec ces poisons en espérant que la mémoire ne se perde pas et que les fautes passées ne se renouvellent pas.  L’arrivée de nouveaux pesticides dont on ne connaît pas à terme la toxicité pour la santé humaine pourrait réserver bien des surprises…

C.S.com – mars 2015

Référence : Fabian Rateau, « 2008-2012 Les produits phytosanitaires dans les cours d’eau de la Martinique » ODE.
[1] observatoire-pesticides.gouv.fr/index.php?pageid=662

 

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils