LA DENGUE

MALADIES Commentaires fermés sur LA DENGUE 55

Maladie redoutée dans la caraïbe, la dengue peut avoir des conséquences graves. Si les cas mortels restent rares elle apparaît souvent sous  forme d’épidémie et menace près de la moitié de l’humanité. A quand un vaccin ?

La dengue qui ne concernait que 9 pays dans les années 70 est aujourd’hui présente dans plus de 100 ! C’est une évolution majeure de la maladie. Partie des pays tropicaux, la maladie se répand jusqu’en Europe. L’Italie et la France métropolitaine ont recensé des cas de dengue autochtones  car les moustiques tropicaux ont commencé à coloniser ces pays et s‘y adaptent. Certains y verront une conséquence directe du réchauffement climatique.

La dengue est une maladie virale le plus souvent bénigne qui se transmet à l’être humain via les moustiques qui transportent et transmettent le virus. Il existe plus de 3000 espèces de moustiques la plupart sont inoffensifs sauf à subir la piqûre désagréable des femelles (seules les femelles piquent). Le sang qu’elles aspirent contient les protéines nécessaires à la fabrication de leurs œufs.

aedes aegypti

Les moustiques du genre « Aedes » sont les vecteurs principaux de la dengue. Le plus sérieux candidat étant le moustique Aedes aegypti, mais le moustique tigre Aedes albopictus (qui a des rayures noires et blanches sur le corps) et Aedes polynesiensis, endémique de  Polynésie sont aussi de remarquables vecteurs. Ces moustiques peuvent contracter des virus lors d’une piqûre chez l’homme ou l’animal, comme celui de la dengue, du chikungunya ( la maladie de l’homme courbé) ou de la fièvre de la vallée du Nil par exemple. Ces virus vont se développer et se reproduire dans les cellules du moustique qui restera infecté toute sa vie (espérance de vie : deux à trois mois). Il se répandra dans son organisme et jusque dans ses glandes salivaires. Lors d’une nouvelle piqûre le virus sera alors transmis à la victime directement par la salive et cela autant de fois que le moustique piquera d’où l’effet épidémique.

@ Les 4 dengues

Il existe 4 sérotypes distincts du virus de la dengue appelés, DEN-1, DEN-2, DEN-3 et DEN-4. Ils sont très apparentés -mais différents- et entraînent les mêmes signes cliniques. La période d’incubation qui correspond au temps qui s’écoule entre la piqûre et l’apparition des premiers symptômes est généralement de 5 à 6 jours seulement. Ce temps est nécessaire au virus pour s’installer et se reproduire dans l’organisme de la victime.

Les signes classiques de l’infection sont ceux d’une forte grippe mais ils varient d’un individu à l’autre. Fièvre (pouvant dépasser les 40 °), nausées, courbatures, céphalées (mots de tête),  frissons, grande fatigue, douleurs articulaires ou musculaires.  Quelquefois apparaissent des boutons sur la peau. Il existe aussi une forme sévère, « la dengue hémorragique » qui peut être potentiellement mortelle. Elle se manifeste selon les grades de sévérité par des saignements au niveau de la peau, jusqu’à un état de choc profond. Elle touche principalement les enfants de 2 à 14 ans. L’hospitalisation est nécessaire.

La guérison entraîne une immunité à vie contre le sérotype à l’origine de l’infection. C’est pourquoi on  « attrape » la dengue que 4 fois (correspondant au nombre de sérotype).  En revanche, l’immunité croisée avec les autres sérotypes après guérison n’est que partielle et temporaire.

Des infections ultérieures par d’autres sérotypes accroissent le risque de développer une dengue hémorragique.

@ L’espoir prochain d’un vaccin

C’est le point faible de cette maladie virale ; il n’existe pas aujourd’hui de traitement spécifique. Seule la démoustication ou les autres moyens classiques de protection contre les piqûres de moustiques (moustiquaires, répulsifs, insecticides, port de vêtements longs, etc.)  peuvent prévenir l’infection. Ces mesures préventives demeurent délicates de mise en œuvre et ne garantissent pas contre le risque d’épidémie.

Un vaccin est actuellement en cours d’évaluation par les laboratoires Sanofi Pasteur.  Ce vaccin est testé en phase III  (pré-commercialisable) car il a démontré sa capacité de protection (phase II). Selon les propos recueillis par « Futura Santé », auprès du Dr Jean Lang, responsable du développement de ce vaccin chez Sanofi Pasteur, le vaccin -qui était attendu en 2013 – pourrait finalement être commercialisé – sous toutes réserves- en 2015 ou 2016.

Il s’agit d’un vaccin vivant atténué (virus affaiblis). Selon le Dr Lang : « Des études cliniques chez les enfants, adultes et adolescents ont lieu en Asie et en Amérique Latine. A ce jour plus de 5.000 personnes ont reçu une dose au moins du vaccin tétravalent (correspondant aux 4 sérotypes – ndlr) contre la dengue de Sanofi Pasteur. Le vaccin génère une réponse immunitaire équilibrée contre les quatre sérotypes du virus de la dengue et il est bien toléré ».

CS – CM  mai 2012. màj oct. 2013

Réf : propos d’Anna-Bella Failloux, Institut Pasteur, « Grands succès et défis majeurs » Dr C. Tutin – Panorama du médecin n°5233, OMS, « Le vaccin contre la dengue verra le jour en 2015 » Claire Pelletier –Futura Sciences, medecinetropicale.free. « la dengue menace près de la moitié de l’humanité », Joël Ignasse -Science et Avenir 25/01/2012.

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils