Accueil FOCUS Intelligence Artificielle : Le médecin de demain?

Intelligence Artificielle : Le médecin de demain?

234
0
PARTAGER

Aujourd’hui on constate amèrement le développement des déserts médicaux un peu partout et particulièrement dans plusieurs territoires des Antilles.  Cela pose de graves problèmes d’accès aux soins par manque de médecins. Les solutions avancées pour résoudre ce problème ne cessent de décevoir.  L’implantation de centre de santé ou la télémédecine sont difficiles à mettre en place et n’apportent guère de réponses efficaces. En fait, elles sont déjà, avant même leur déploiement,  largement dépassées par une nouvelle technologie dont les champs d’application dépassent l’entendement.

L’intelligence artificielle, « I.A » pour les initiés est une technologie en pleine évolution qui révolutionnera notre univers. « Révolutionnera » car ce n’est plus une hypothèse mais une certitude. L’I.A s’inspire de l’intelligence humaine pour en extraire les fonctions les plus essentielles mais ne cherche pas contrairement à une idée reçue à l’imiter mais à la sublimer. De l’association des neurosciences et de l’informatique a émergé une nouvelle technologie. Des pays comme le Canada et plus spécialement la ville de Montréal ou les Etats –Unis font figure de leader dans l’extraordinaire domaine de l’apprentissage profond (deep learning) et de l’intelligence artificielle. Les fameuses GAFAMY, comprenez Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft ou  Yahoo, les géantes du web,  ont-elles aussi compris les potentialités de l’I.A  et misent beaucoup sur cette technologie. Elles investissent comme certains gouvernements, des sommes énormes pour  mettre au point des solutions pratiques qui bouleverseront notre quotidien. La France elle, commence seulement à comprendre l’énorme potentiel de cette technologie et cherche à rattraper son retard. Dans le seul domaine de la santé les perspectives sont véritablement incroyables. Imaginez que vous puissiez consulter chez vous le meilleur médecin du monde à tout moment. Cela n’est plus de la science fiction mais c’est désormais parfaitement  envisageable et … envisagé. Déjà l’I.A a montré qu’elle est plus performante que les meilleurs spécialistes notamment pour les diagnostics difficiles comme l’a reconnu sans ambages le Dr DELFRAISSY, Président du Comité Consultatif National d’Ethique.

Née officiellement en 1956, cette technologie est restée dans l’ombre mais n’a pas cessé d’évoluer intégrant progressivement les avancées quelquefois spectaculaires d’autres technologies comme l’informatique et sa vertigineuse capacité de calcul ou les balbutiantes neurosciences. En 1997, l’I.A « Deep Blue » de la société informatique IBM  battait le champion du monde d‘échecs de  l’époque Garry Kasparov. En 2016, l’I.A « Alphago » via la division Deepmind  de Google  battait  l’un des meilleurs joueurs de go du monde le sud coréen Lee Sedol. Et pourtant, dès la première partie, les spécialistes annonçaient une erreur grossière d’Alphago, erreur qui de fatale s’avéra « finalement très efficace et beaucoup plus fine qu’escompté » avouèrent les spécialistes (humains) confus. Ces jeux de stratégie offrent des milliards de combinaisons et étaient jusqu’à là considérés comme des bastions que seule l’intelligence humaine pouvait maîtriser. Il faut se rendre à l’évidence, aujourd’hui la machine dépasse l’homme. Et il ne s’agit là que des l’I.A dites « faible » qui effectuent surtout du calcul et des corrélations. Mais il existe déjà des I.A beaucoup plus avancées qui peuvent réfléchir et apprendre seules et elles se développent dans tous les domaines et même dans des endroits réservés où on ne l’attendait pas comme l’imagination et la créativité.

Elles apprennent seules et comprennent leur environnement au-delà de leurs spécialités. Elles sont capables d’identifier une personne sur une vidéo en ayant comme seule référence une image de d’enfance du sujet ciblé. Elles peuvent même reconnaître quelqu’un de dos simplement en analysant ses attitudes ou une démarche.

En 2016  au Japon une I.A est arrivée en final d’un concours littéraire après avoir écrit toute seule un roman. Le jury ne savait pas que l’auteur était une simple machine… à écrire!

Dans le domaine du droit un cabinet d’avocat à New York a définitivement embauché une I.A comme avocat à l’identique d’un être humain. On lui pose une question de vive voie comme on le ferait avec un avocat, l’I.A interprète et étudie les textes législatifs puis répond directement ou sous forme écrite en termes légaux.  Elle est même capable de formuler son opinion sur une affaire exactement comme le ferait un avocat humain mais avec une précision et une acuité qui dépasse le meilleur spécialiste car cette I.A a intégré tous les textes législatifs la jurisprudence, etc.  Elle est aussi capable de les adapter, les modifier en fonction des nouveaux textes législatifs!

Mais là où l’I.A va aussi très vite trouver des applications pratiques et utiles est assurément le domaine médical. WATSON  l’I.A de la société informatique américaine IBM dont le nom est un clin d’œil au Dr Watson fidèle ami du célèbre Sherlock Holmes a déjà amorcé ce virage avec d’extraordinaires résultats.

A suivre : « Intelligence Artificielle : Le pouvoir de vaincre la maladie ? »

C.S .com