Flambée de fièvre de Lassa en Afrique

MALADIES Commentaires fermés sur Flambée de fièvre de Lassa en Afrique 557

Après Ebola et zika, un nouvel épisode épidémique fait son apparition : la fièvre de Lassa. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a en effet enregistré 82 morts fin janvier 2016 au Nigéria. Cette maladie endémique des pays d’Afrique occidentale est une fièvre hémorragique, différente d’Ebola mais tout aussi violente. C’est un virus qui la développe et il peut se transmettre d’homme à homme.

Décrite pour la première fois en 1950 au Bénin, la fièvre de Lassa n’a été vraiment identifiée qu’en 1969. Elle est due à un virus dit à « ARN simple brin » de la famille des Arénavirus transmis par des rongeurs – comme le rat Mastomys, très abondant dans ces régions d’Afrique. L’homme est contaminé par contact direct avec les urines et excréments des animaux infectés. Mais la transmission d’homme à homme par voies sanguines, urinaires et probablement d’autres fluides humains, est également possible ce qui rend cette maladie susceptible d’épidémie.

Généralement la maladie n’apparaît pas dans 80% des cas de contamination  mais pour les 20% restant, les atteintes au foie, à la rate et aux reins peuvent être sévères.

@ Les symptômes de la fièvre de Lassa   

Le temps pendant lequel la maladie se développe sans symptômes apparents (incubation) varie d’1 à 3 semaines. Quand la maladie est déclarée, les symptômes de la fièvre de Lassa sont très variables, ce qui rend le diagnostic clinique difficile, surtout aux premiers stades de la maladie. Lorsqu’elle se déclare, les premiers symptômes se manifestent progressivement, avec de la fièvre, une faiblesse généralisée et un mauvais état général. Après quelques jours, les malades peuvent présenter des maux de tête, une irritation de la gorge, des douleurs musculaires, au thorax et au ventre, des nausées, des vomissements, des diarrhées, une toux. Dans les cas graves, un œdème de la face (gonflement), une hémorragie au niveau de la bouche, du nez, du vagin et une chute de tension peuvent apparaître. Plus tard, on peut observer un état de choc, des convulsions, des tremblements, une désorientation pouvant aller jusqu’au coma et à la mort. Chez les survivants, la surdité apparaît chez 25% des malades et la moitié d’entre eux seulement recouvrent en partie l’ouïe au bout d’un à trois mois. On peut aussi observer des chutes de cheveux passagères et des troubles de la marche.

@ Pas vraiment de traitement

Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie. Un antiviral la « ribavirine » semble, selon l’OMS, «efficace» s’il est administré très tôt après la contamination. L’hygiène corporelle demeure la meilleure façon de prévenir la maladie.

@ La peur d’une épidémie mondiale?

Le fait de voir apparaître régulièrement des épidémies peut-il conduire à une pandémie mondiale généralisée voire mortelle. Le risque n’est hélas pas nul (voir : « Une grande épidémie peut-elle détruire l’humanité ?»). Mais dans ce cas précis, une pandémie de fièvre de Lassa – épidémie qui s’étendrait à plusieurs régions du monde- est extrêmement improbable pour ne pas dire nulle. Néanmoins des «cas» pourraient survenir dans d’autres régions du monde sans pour cela mettre en danger les populations.

CS.com

Source : OMS

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils