Ces médicaments qui valent de l’or!

ECONOMIE, FOCUS Commentaires fermés sur Ces médicaments qui valent de l’or! 55

La rationalisation des coûts de santé engagée  par le gouvernement français a des conséquences inattendues sur le prix des médicaments.  Certains médicaments valent aujourd’hui plus que leur poids d’or. Dans un futur qui n’apparaît pas si lointain qui pourra encore se soigner et à quel prix ?

Durant les deux décennies passées les opérations de fusion acquisition de laboratoires pharmaceutiques ont abouti à une révolution et une concentration de cette industrie. Les grands laboratoires sont désormais aux mains de financiers qui ont d’abord comme préoccupation le profit. Si le commerce n’a rien de  choquant en soi la spéculation qui met en jeu la santé humaine est elle plus discutable. A force de tirer sur la ficelle du prix pour faire des économies, le gouvernement et l’assurance maladie subissent le contrecoup de leur politique. Les déremboursements massifs de certains médicaments, l’accès plus difficile à la vignette 100%, des négociations plus serrées sur les prix, des contraintes drastiques sur la promotion, ont amené les industriels à réagir. Leur stratégie agressive est simple : gagner le maximum et le plus longtemps possible sur les produits les plus innovants quitte à créer artificiellement la pénurie et tout cela au détriment du patient qui lui n’a guère son mot à dire.

@ Quel est le juste prix d’un médicament ?

Voilà une question à laquelle personne ne saurait répondre avec exactitude. Il y a non seulement le coût de fabrication mais surtout celui de la découverte et de la validation du service rendu au malade sans compter les marges confortables des laboratoires qui entourent la valeur de leur produit d’un épais mystère. Là, tout est affaire de négociation et dans ce domaine les laboratoires rivalisent d’imagination. Ainsi le laboratoire Aspen gère la pénurie de médicaments anticancéreux générique. Son but : faire monter le prix ! C’est ce que dénoncent plusieurs journaux anglais dont le célèbre « Times » et « The independent ». Et les hausses sont spectaculaires ! Ainsi les prix peuvent être multipliés par 10 en quelques années et ils varient considérablement d’un pays à l’autre. Un médicament comme le Busulfan indiqué dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique et la préparation de cellules souches,  a vu son prix passé de 5,20 livres sterling (£) a …65,22 £ en 2013.  Or, ce médicament  fabriqué en Inde ne coûte que 0,03 £ ! Ce même médicament est passé de 14,93 € en 2006 à 68 € la boîte de 25 comprimés  aujourd’hui. Il y a hélas beaucoup d’autres cas que le Busulfan.

@ 77.000$ le traitement et uniquement délivré par le laboratoire!

L’exemple du traitement contre l’hépatite «C » est fortement révélateur de ce qui se passe dans le petit monde feutré des laboratoires pharmaceutiques. Le laboratoire Gilead (Etats-Unis) est le fabricant exclusif du médicament Sovaldi© (sofosbuvir) considéré comme médicament miracle car capable de bloquer la réplication du virus qui entraine l’hépatites C. Mais son prix est exorbitant. Fixé à 13.667 € en France la boîte de 28 comprimés pour un coût de traitement sur 3 mois à plus de 41.000 € !  (hors taxes) remboursé à 100% par notre pauvre  sécurité sociale car il s’agit d’un médicament reconnu très efficace.  Et ce n’est rien !  car le même traitement aux Etats-Unis  coûte 70.000 euros ( 77.000 $) ! Quand en Egypte il ne coûte que 900$. De tels écarts semblent incroyables. Ces différences de prix  ont excité la convoitise et des trafics s’organisent ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention du Laboratoire.  Gilead a alors imaginé un système inédit de surveillance.  9 laboratoires Indiens qui fabriquent des génériques ont dû signer un accord pour interdire les fuites et l’exportation de ce médicament. Accord qui selon Médecin Sans Frontière (MSF) bafouent les droits de l’homme. En effet Gilead exige de connaître l’identité du patient qui reçoit le traitement et l’accès aux informations auprès du prescripteur. Et « Le traitement sera délivré pour un mois – et non pour la totalité des trois mois requis – et le patient devra s’engager par écrit à retourner, en personne ou par courrier, le flacon vide avant de pouvoir obtenir le suivant ! relève le journal « Le Monde »[1] qui a interrogé MSF.

@ La réponse du Berger à la Bergère

Mais il est intéressant de comprendre comment cette société a établi le prix de son médicament. Parfaitement consciente de son extraordinaire découverte,  Gilead a tout simplement fait le constat suivant : Un patient qui ne dispose pas de ce traitement coûte fort cher à la collectivité.  En évaluant ce montant dans le temps, les responsables ont fixé le prix du Sovaldi. Ainsi ce n’est pas le prix de revient réel du médicament qui a retenu mais il a été établi sur le prix de revient des traitements qui sont généralement proposé au patient et à long terme pour pallier cette pathologie!  Autrement dit le laboratoire considère que la valeur de son médicament qui guérit  vaut au moins autant que l’ensemble des traitements proposés ordinairement qui eux ne le guérisse pas mais le maintienne en vie. Mieux, il module le prix en fonction du niveau de vie de chaque pays et font payer très cher les pays dits riches.

C’est la réponse du Berger à la Bergère. Les autorités sabrent dans les dépenses de médicament par mesure d’économie alors la réplique ne se fait pas attendre : dès qu’une découverte majeure apparaît, les laboratoires font payer le prix fort. Dans ce schéma,  il se pourrait qu’on assiste rapidement à l’avènement d’une médecine des riches et une médecine des pauvres. Mais ce qui apparaît plus clairement c’est que la santé est devenue une marchandise comme les autres. Son marché est traité de la même manière que les autres  avec un cynisme qui ne fait que s’amplifier…

CS.com

[1] http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/22/hepatite-c-bataille-pour-l-acces-a-un-traitement-revolutionnaire_4561824_3244.html

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M

Rechercher

Retour en haut