Cancers : l’étonnant flair des chiens

CANCER Commentaires fermés sur Cancers : l’étonnant flair des chiens 157

Les cancers sont parfois détectés tardivement car la maladie peut évoluer  sournoisement. Or plus elle est diagnostiquée tôt meilleur sera le pronostic pour le patient. Autrement dit meilleures seront ses chances de survie. De nouvelles technologies pourraient bientôt révolutionner la vie des malades mais des tests bien plus étonnants et peu chers ont déjà donné d’excellents résultats.

Il existe déjà des tests pour détecter un cancer comme le test Hémoccult II pour le cancer du côlon. Ce test est généralement adressé à toutes les personnes de plus de 50 ans et renouvelable tous les 2 ans. Mais il est assez contraignant puisqu’il s’agit d’un prélèvement de selles à 3 endroits différents de la matière fécale et cela trois jours de suite. Ces prélèvements sont ensuite adressé à un laboratoire pour analyse. Sa fiabilité est relativement modeste et des examens complémentaires sont nécessaires pour vérifier sa validité en cas de résultat positif (détection de sang dans les selles). Ces examens complémentaires sont invasifs car il s’agit de réaliser une coloscopie. Cela signifie un examen médical du côlon à l’hôpital avec anesthésie totale, puis un éventuel prélèvement de tissus (si le médecins décèle des polypes ou tumeurs) qui sera analysé afin de vérifier son caractère cancéreux ou non.

Il n’existe pas encore de test systématique capable de prédire si une personne développe un cancer ou non. En cas de doute le médecin demandera des analyses, des contrôles par imagerie médicale, des prélèvements, etc. Tous cela demande du temps et des efforts que le malade en attente de résultat subit avec anxiété.Des chercheurs français d’horizon différents et travaillant sur des technologies différentes, viennent tour à tour de mettre au point de nouveaux tests de hautes technologies qui pourraient bien répondre à certaines questions et cela grâce à une simple « prise de sang ». Mais ils sont déjà concurrencé par… le flair des chiens.

@ CARE 1

CARE 1, développé par le Pr Cayre, de l’hôpital Pierre et Marie Curie à Paris est un dispositif de filtration du sang qui retient les cellules cancéreuses circulant dans le sang qui vont coloniser d’autres organes. Les cellules cancéreuses sont en effets plus grosses que les cellules qui habituellement circulent dans le sang mais elles sont aussi très peu nombreuses. La technique est assez simple, il s’agit d’un filtre microporeux conçu dans le laboratoire de chimie du professeur Yong Chen à l’ENS. Mais ce nouveau type d’examen ne remplacera pas nécessairement la biopsie (prélèvement de tissus pour analyse) il ne sera qu’un complément. La biopsie reste aujourd’hui encore l’examen de référence même s’il présente quelques risques pour le malade. En effet l’analyse microscopique des tissus prélevés apporte beaucoup d’information sur la nature du cancer. Ce que le test CARE 1 ne peut rapporter. Mais l’autre avantage de ce test c’est qu’il peut être réalisé sans risque plusieurs fois et rapidement. Ainsi le médecin peut suivre l’évolution de la maladie à partir des cellules retenues dans le tube de filtration. Cela permet au médecin d’adapter rapidement son traitement. Autre intérêt de ce test, la détection de cellules métastasiques. Ce sont des cellules qui vont migrer vers d’autres organes en utilisant le sang comme véhicule pour « exporter » le cancer d’origine ou primaire et créer des métastases pour former un cancer secondaire.

@ ISET

Le test ISET est un test qui permettrait de trouver dans le sang des patients à risque des cellules cancéreuses circulantes qui précèdent l’apparition des nodules cancéreux. Cette technique particulière a été principalement testée chez des patients à risque de cancer du poumon comme les gros fumeurs. Alors que l’imagerie médicale ne révélait rien le test sanguin ISET a permis d’identifier des cellules circulantes tumorales. Or, entre un et quatre ans après ce test, les personnes ont développés un nodule cancéreux du poumon prétend avec enthousiasme le Pr Hofman de l’hôpital de Nice. Ce test est issu d’une technologie d’analyse mise au point par le Dr Parizia Paterlini-Bréchot qui date de la fin des années 90 . Mais ce test apparaît assez discutable aux yeux de certains spécialistes car la méthodologie qui a conduit à ce résultat apparaît biaisée. En effet peu de personnes ont été incluse dans cette étude et beaucoup été déjà malades. Attendre un à quatre ans pour détecter un cancer semble plus angoissant que véritablement prédictif. Le cancer du poumon est l’un des plus meurtrier car on enregistre en France plus de 29000 décès (2012). Il faudra vérifier que ce test est valable sur une plus grande population et dans des conditions d’étude plus rigoureuses mais il pourrait déboucher sur une commercialisation agrée s’il s’avère être aussi bon que le prétend le Pr Hofman.

@ Le cancer à une odeur

D’autres test pour détecter le cancer apparaissent moins spectaculaires et moins technologique mais plus insolite et ils intéressent fortement les médecins. Le chien meilleur ami de l’homme n’est pas qu’un adage. Son flair demeure une valeur sûre. Les cellules cancéreuses dégageraient une odeur détectée par les chiens. Tout est parti d’une observation de malades du cancer qui ont rapporté que leur chien avait une attitude singulière lorsqu’il reniflait les endroits malade de leur corps. Une étude autrichienne a ainsi révélé que des chiens entraînés à renifler l’haleine de patients malades pouvaient déceler avec un taux de réussite de 70% un cancer des voies respiratoires. Selon une autre étude italienne -réputée sérieuse- certains chiens seraient capables de détecter les cancers de la prostate en reniflant simplement les urines des patients. Cette technique serait ainsi fiable à 98%, ce qui représente un taux de réussite bien supérieur aux méthodes traditionnelles utilisées par les Cancérologues, lesquelles détectent la maladie dans 80% des cas. Plusieurs études ont ainsi été menées montrant qu’un chien peut détecter un cancer du sein, de la peau, de la prostate, du poumon, de l’ovaire ou encore un cancer colorectal.

C.S.com

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils