CANCER DE LA PROSTATE

CANCER Commentaires fermés sur CANCER DE LA PROSTATE 49

COMMENT SAVOIR SI ON A UN CANCER DE LA PROSTATE ?

prise de sang

Le cancer de la prostate est particulièrement développé aux Antilles-Guyane. La Martinique détient le record du monde par habitant. Mais les signes ne sont pas francs et le diagnostic est délicat.

@ Petits rappels…

Rappelons tout d’abord que le cancer de la prostate est typiquement masculin. Il ne concerne que les hommes surtout après la cinquantaine. La prostate est une petite glande qui emprisonne l’urètre, ce canal qui part de la vessie et permet à l’urine de s’évacuer. La prostate secrète un liquide qui se mélange au sperme. Le cancer de la prostate est le plus répandu des cancers chez les hommes comme celui du sein l’est chez la femme. Rappelons encore qu’aucun symptôme n’accompagne le déclenchement d’un cancer de la prostate et qu’il évolue assez souvent lentement pendant des mois ou des années sans alerter.

@ Le problème de la détection

A la cinquantaine nombre d’homme peuvent avoir des difficultés à uriner, le jet est moins puissant, ils doivent se lever plusieurs fois dans la nuit pour soulager leur vessie, ils ont la sensation de ne pas pouvoir totalement évacuer l’urine, il leur arrive même de ne pas pouvoir du tout uriner malgré l’envie. Ces symptômes sont communs et ne sont pas synonyme de cancer de la prostate.  Il peut s’agir d’un simple adénome, une tumeur bénigne de la prostate, un gonflement de la prostate qui parce qu’elle grossi presse le canal urinaire et empêche l’excrétion de l’urine. Généralement les patients disent spontanément et abusivement qu’ils ont « la prostate.   Mais comment le savoir si ces symptômes communs à l’adénome bénin et au cancer ne sont pas ceux d’un cancer en train de se développer? Le premier examen que pourra proposer votre médecin est le touché rectal (TC). Le médecin va, en introduisant un doigt dans l’anus, palper la prostate de façon à en évaluer la taille et la consistance. Cet examen est souvent refusé par les patients qui n’apprécient guère cette intrusion par voie intime. Il existe aussi, mais les deux examens sont complémentaires, le dosage du PSA.

http://www.youtube.com/watch?v=DKCDkDCoH7Q

 @ Africains et antillais plus prédisposés.

Le PSA ou Antigène Spécifique de la Prostate, est une enzyme fabriquée par la prostate qui circule dans le sang. En mesurant ce taux, normalement très faibles, les biologistes vérifieront qu’il y a anomalie ou pas. Le dosage  PSA est un examen biologique indicateur et non un révélateur. Chez un individu sain, généralement  le PSA est inférieur à 4 ng/ml. Entre 4 et 10 ng/ml il s’agit très souvent d’un problème bénin, ce peut être une infection, une irritation mais ce peut être aussi un cancer généralement peu agressif. Le taux de PSA dans le sang peut fluctuer chez un même individu et deux analyses sont préférables pour valider un taux anormalement élevé ( 2 mesures à 2 mois d’intervalle généralement). Mais si ce chiffre dépasse les 10 ng/ml et au-delà, le risque de cancer augmente. Le dosage PSA est l’examen actuel le plus indicatif que nous ayons pour détecter un cancer mais il n’est pas absolu pour le dépistage. La communauté médicale est d’ailleurs divisée sur ce point et débat toujours pour organiser un dépistage systématique en ne tenant compte que de cet examen. L’association Française d’urologie (AFU) recommande cependant un dosage PSA tous les ans pour les hommes entre 50 et 75 ans, mais dès 45 ans pour les personnes ayant des antécédent familiaux (déjà un cancer de la prostate dans la famille) ou pour les populations Africaines ou Antillaises.

Si les chiffres PSA restent élevés après un second dosage, alors le médecin demandera des examens plus poussés comme une biopsie. Une biopsie est un prélèvement de tissus. Par voie naturelle, le médecin effectuera avec une aiguille des prélèvements de tissus de la prostate en espérant avoir touché à l’endroit précis de la tumeur (si elle existe). Pour cela il effectuera cette opération sous  échographie et prélèvera de très petites quantité de tissus a 8, voire 12 endroits différents de la prostate pour s’assurer de n’avoir oublié aucune zone. Ces prélèvements seront ensuite analysés au microscope par un médecin spécialiste (anatomopathologiste)  qui vérifiera si les tissus sont sains ou cancéreux. C’est le résultat de cette biopsie qui signera ou non la maladie.

CS- CM 15 mai 2013

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils