Accueil ECO/CONSO Canada et Cannabis

Canada et Cannabis

109
0
PARTAGER

Après 33 états des Etats-Unis et 12 en  Europe c’est désormais le Canada tout entier qui va autoriser l’usage du cannabis à des fins récréatives. Le cercle des pays  légalisateurs s’agrandit.

Le 17 octobre prochain ce sera chose faite, le gouvernement de Justin Trudeau officialise la consommation de cannabis. La loi fédérale permettra à une personne de cultiver jusqu’à quatre plants de marijuana à son domicile ; sauf que… la loi dans la belle province du Québec  l’interdit.

C’est pourtant une offensive majeure sur le terrain de la légalisation des drogues dîtes douces -même s’il y a un bémol… En effet chaque province canadienne pourra définir ses propres règles. La ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a invité les Canadiens «à se renseigner sur ce qui sera légal ou non dans la province où ils résident».

Pourquoi légaliser le cannabis au Canada? La réponse se résume dans l’impuissance des autorités à faire respecter la loi et l’état s’est rendu compte que le modèle de prohibitif a fini par enrichir le crime.

Et la France? – La France compterait, selon l’observatoire français des drogues, environ 4 millions de consommateurs dont plus d’un million régulier. Le cannabis est en France le produit illicite le plus consommé. 20% des adolescents en consomme plus de 10 fois par an! Mais surtout il est la porte d’entrée  à la consommation des drogues dures comme la cocaïne, ou l’héroïne.

Le cannabis a aussi des vertus thérapeutiques. Le principe actif du cannabis appelé également chanvre indien est le « tétrahydrocannabinol » ou THC, substance qui agit directement sur le système nerveux – comme l’alcool. Un dérivé du THC est utilisé et légalisé en France comme médicament antidouleur

Le cannabis a un effet non négligeable sur la santé. S’il peut pour certains procurer des sensations de bien-être, d’apaisement ou d’euphorie selon les individus, les réactions peuvent en revanche être plus désagréables : vomissements, malaises, tremblements, etc. résultats de ce que les habitués appellent un « bad trip » et cela s’accompagne de parfois de crise d’angoisse, de perte d’équilibre, de confusion ou du sentiment d’étouffer.  Fumer du cannabis serait 20 fois plus dangereux pour la santé, à dose égale, que fumer du tabac, selon une étude néo-zélandaise publiée par le Journal Européen de Pneumologie (ERJ). Selon une autre étude d’analyse très sérieuse, le cannabis augmenterait de 40% les risques de développement d’une maladie mentale et de troubles psychologiques. Le cannabis agit aussi sur l’activité des cellules du cerveau  notamment dans les régions qui gèrent la formation de la mémoire et les émotions, et sur les cellules immunitaires. Le cannabis affecte les capacités motrices et psychomotrices, amplifie l’audition et la vision.

Les effets directs peuvent durer de 2 à 10 heures et peuvent s’accompagner de l’accélération ou de la diminution du rythme cardiaque selon les individus, d’une diminution de la concentration et des réflexes, de l’apparition des yeux rouges et souvent de nausées.

Comme le tabac, les conséquences sur la santé à long terme  sont bien connues : diminution de l’attention et problèmes scolaires, isolement social, anxiété, état dépressif, augmentation du facteur de risque du cancer du poumon, psychose, altération de la mémoire de court terme, affaiblissement du système immunitaire.etc.

Et la dépendance? Elle varie d’un individu à l’autre. Certains deviendront très tôt « accro » d’autres moins ou pas du tout.

Bref, si le cannabis est devenu (presque) un produit de consommation courante par sûr que le joint en vaille la chandelle et mieux vaut être conscient des risques.

CS .com