BIENTOT DES FRITES OGM?

OGM Commentaires fermés sur BIENTOT DES FRITES OGM? 27

2010, coup de force du lobby favorable aux OGM. José Manuel Barroso -Président de la Commission Européenne et son équipe, très favorable au développement des OGM,  autorisent la culture d’une pomme de terre  génétiquement modifiée. Elle porte le doux nom d’Amflora. 2012, Coup de théâtre : BASF renonce à cultiver sa patate miracle. Mais l’histoire n’est pas finie!

Après le  trop célèbre MON 810, maïs génétiquement modifié de la firme américaine  Monsanto et le plus discret, mais tout aussi modifié, maïs MIR 604 de Syngenta (Suisse) autorisé à l’importation pour l’alimentation humaine et animale, l’arrivée de la pomme de terre OGM « Amflora » de BASF (Allemagne)  était destinée à conquérir nos assiettes. Les enjeux étaient importants, économiquement bien sûr. La pomme de terre est le premier légume le plus consommé dans le monde.

@ Avec l’appui des autorités 

De nombreuses « institutions » qui s’appuient  sur des études scientifiques dissonantes approuvent cette introduction. L’Afssa (devenue l’ANSES) prétendait qu’il n’y aurait pas de risque sanitaire si elle était ingérée  « de façon accidentelle ».  Le Haut Conseil des Biotechnologies  donne lui aussi un « avis favorable » précisant que le risque de dissémination des  pollens de la plante est « très limité ». Les termes sont choisis tant le sujet est sensible mais  ils sont suffisamment vagues pour laisser la place au doute. Or le doute, quand il s’agit de la santé des populations ne devrait pas être permis selon le principe essentiel de précaution inscrit dans notre Constitution depuis 2005 (seulement !). Dans les études présentées, dont beaucoup émanent des firmes elles-mêmes,  un point essentiel avait été « oublié ».  Cette patate contient un gène résistant aux antibiotiques. Et les scientifiques se sont inquiété de la présence de ce gène parce qu’il pourrait potentiellement se transmettre aux bactéries et favoriserait ainsi le développement de la résistance aux traitement antibiotiques.

@ Un abandon passager

Mais ce n’est pas tout, ni les consommateurs, ni les agriculteurs dans leur majorité ne veulent de cette pomme de terre selon BASF. Devant cette désaffection, la firme a dû jeter l’éponge. En janvier 2012, elle annonce stopper la culture de l’Amflora. Ouf! de soulagement chez les anti-OGM. Frites, purée et chips  génétiquement modifiées semblent s’éloigner de nos assiettes! Erreur, BASF ne renonce pas. En fait BASF – qui au passage à délocalisé ses bureaux de recherche aux Etats-Unis – continue le développement d’ « Amadea », et de « Fortuna », deux nouvelles pommes de terre transgéniques dont les autorisations de culture sont déjà bien engagées auprès des autorités européennes…

@ Le grand retour

Congelées, ou pré-cuites, les frites transgéniques traverseront l’Atlantique pour inonder le marché européen et  s’ étaler généreusement dans les rayons de nos supermarchés.  Si le règlement n°1829/2003/CE (applicable depuis le 18 avril 2004) prévoit l’obligation d’étiquetage des OGM ainsi que des produits obtenus à partir de tels organismes, il nous est bien difficile de les identifier car, les industriels ne s’en vantent pas.  La présence de produits OGM  sur les étiquettes est minimisée par de touts petits caractères à peine visibles.  Quant à la triche on sait qu’elle existe et à une échelle internationale.  l’Affaire de « la viande de cheval » l’a bien montré.

La volonté de l’Etat Français, sous  la pression de l’opinion publique, est bien peu de chose face à la détermination de la Commission Européenne et au poids du lobby agro-alimentaire international. Avec de tels appuis ces apprentis sorciers ont la frite!

 

CS – Ph T. màj – oct 2013

Les articles liés

© CARAIBESANTE.COM 2014 ASSOCIATION ALLIANCE MEDICALE
Réalisation et Production S.M
HONConduct163919
CE SITE RESPECTE LA CHARTE HONCODE.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Que signifie le respecte de la charte HONcode  La charte HONcode.
Vérifiez ici notre Certificat de conformité.

Retour en haut

Aller à la barre d’outils